Ces robots « intelligents » qui envahissent la distribution

Une massification des données sans précédent qu'une flopée de systèmes informatiques tentent de déchiffrer à l'aide de leurs précieux algorithmes. Pour ceux qui les développent, un sésame: "l"intelligence artificielle".

Ou, dans le cas présent: le fameux "machine learning" qui fait figure de nouveau graal chez les professionnels de la logistique.  Ces machines "auto-apprenantes" sont censées être capables, en moulinant des milliards de données, de déterminer des relations entre elles qu'un être humain aurait peut-être mis beaucoup plus de temps à observer. Puis d'en déduire des formules réutilisables dans d'autres cas.

"C'est une façon de programmer les ordinateurs qui leur confère la capacité de découvrir par eux-mêmes des modèles de comportement des données", explique Manuel Davy, ancien chercheur au CNRS et président de Vekia, une entreprise lilloise qui fournit des solutions de gestion des approvisionnements.  "C'est plus puissant que des méthodes utilisées jusqu'alors quand des gens devaient remettre à jour les modèles à la main", ajoute le statisticien.

Même les dirigeants de Google, y croient dur comme fer. Eric Schmidt, le président exécutif d'Alphabet, la maison-mère du géant américain y voit même "la prochaine grande transformation" de l'économie, bien au-delà de la simple application dans la distribution.