Vekia s’associe à Scalair et CIV pour renforcer sa croissance

vekia_scalair_civ

Au sein d’Euratechnologies, Vekia commençait à manquer d’espace pour se développer…

 

Spécialisée dans la conception et le développement de solutions pour le pilotage de la Supply Chain à destination de la distribution, l’entreprise s’appuie sur le savoir-faire en matière d’ingénierie mathématique, porté à la fois par des chercheurs en Machine Learning (issus de la recherche académique : CNRS, INRIA, Université de Cambridge) et des développeurs experts en programmation scientifique.

 

Datacenter

À sa création, il y a 8 ans, la start-up s’est installée dans une salle numérique mise à disposition par Euratechnologies. Cette infrastructure n’assure plus dorénavant les moyens à Vekia de suivre sa croissance. Devant des besoins accrus en matière de ressources informatiques et de performances (postes de travail, puissance de calcul, de traitement, capacités de stockage, etc. ), la start-up Vekia a décidé de restructurer son système d’information. Ce qui inclue la migration vers un datacenter et une « montée en grade en termes d’évolutivité, de sécurité et de performances », explique la start-up lilloise.

Collaborant dorénavant avec Scalair, l’opérateur et architecte de cloud souverain installé à Hem, Vekia dispose désormais de plus de 20 serveurs autonomes et de plus de 70 machines virtuelles au sein du datacenter régional CIV, à Sainghin-en-Mélantois. Une croissance qui n’ira pas sans recrutements, tant pour le développement interne des produits que le commercial. « C’est un passage obligé, pour déployer nos solutions à l’international, nous devons associer des intégrateurs locaux », précise Yannick Gourlain, directeur du Système d’Information de Vekia. Pour accompagner cette croissance, la start-up lilloise n’exclut pas le recours à de nouvelles levées de fonds, sans pour autant vouloir préciser de montant.

 

L’international

Vekia vise un développement à l’international, en se servant d’un premier bureau ouvert en Angleterre comme d’un tremplin pour l’Amérique du Nord. « À moyen terme, nous espérons signer un premier client aux États-Unis, le potentiel est énorme. Avec l’Angleterre, où nous serons actifs dès 2017, on gravit une première marche avant de nous étendre aux États-Unis courant 2018 », explique Edouard Calliati, responsable marketing et communication chez Vekia. « Grâce à ce partenariat, la start-up est aujourd’hui capable d’adresser – de manière transparente – un grand nombre d’opérateurs à travers le monde, proposant des points d’accès dans les pays ciblés », ajoute Yannick Gourlain, « nous avions besoin de franchir un palier en faisant évoluer notre infrastructure informatique, à la fois pour répondre à nos besoins propres d’évolutivité et de sécurité, mais également pour assurer le meilleur service à nos clients »