Supply Chain : Les « best practices » à mettre en place

best practices supply chain

Avant toute chose, il convient de bien redéfinir ce qu’est la Supply Chain. Elle peut être définie par l’achat de produits qui sont redistribués et revendus par des retailers ou des industriels. La Supply Chain est le fait de lier toutes ces étapes d’un point de vue des flux physiques et flux informatique. Cela du fournisseur jusqu’au client final.

Les « best practices » des acteurs du secteur

La problématique principale est la capacité à couvrir toute la chaine. Il existe pour cela des « best practices » et quoi de mieux que de d’aller observer la façon dont procèdent les « meilleurs élèves » du secteur ?

En ce sens, le rapport de Supply Chain Insights est une mine d’informations. Il analyse la qualité de la chaîne d’approvisionnement en se basant sur des données recueillies à partir des bilans financiers et comptes de résultat au cours de la période de 2009-2015. L’analyse porte sur 320 entreprises dans 31 secteurs. Supply Chain Insights a étudié les rapports publics (bilan et compte de résultat) pour déterminer quelles sociétés produisait les meilleures performances pour générer de la valeur, à partir d’une série de mesures de la chaîne d’approvisionnement.

Les entreprises ont ensuite, en fonction des résultats, été classées en 3 catégories : les « gagnants » (16 compagnies se classent en tête du classement, soit 5%), les « finalistes » (très bien mais peut mieux faire, 31 compagnies), et les « sous-performeurs » (le reliquat, soit 88% des entreprises auditées).

Il est intéressant de noter que certaines entreprises emblématiques, souvent considérées comme des modèles pour leur approvisionnement, sont ici classées dans le groupe de queue : Audi, BMW, Colgate, McDonald’s, ou Nike.

 

best practices supply chain

Mais plutôt que le classement complet que nous vous laissons découvrir, il sera plus judicieux de s’intéresser aux conseils et donc aux best practices donnés par ce rapport pour atteindre le niveau d’excellence des mieux classés, qui sont au nombre de 7.

Supply Chain Insights note : « L’excellence de la chaîne d’approvisionnement ne va pas de soi. Elle est le résultat du travail acharné par des équipes d’organisation avec une définition claire de la stratégie. Le but de ce rapport est de fournir une rétroaction aux équipes de direction, pour les aider à mieux aligner les programmes avec les efforts de financement des entreprises et dégager ainsi une meilleure valeur pour les actionnaires. »

Il est à noter qu’il n’y a pas de gagnants ou finalistes dans les secteurs suivants : l’aérospatiale et la défense, l’automobile, les équipementiers automobiles, les conglomérats, les biens de consommation durables, le e-commerce de détail, les hôpitaux, l’emballage, les produits pharmaceutiques, les jouets. De même, les industries comme les boissons, l’alimentaire, le pétrole et le gaz, les restaurants et fast-food, et l’habillement ont des finalistes, mais pas de gagnants.

Supply Chain Insights l’analyse ainsi : les industries avec les plus hauts défis, obligées de se réinventer constamment, telles que la haute technologie et l’électronique, réalisent les plus grands progrès, tandis que les industries plus anciennes et installées sont en régression.

Le retour d’expérience Vekia :

Arnaud Cassonnet, consultant métier chez Vekia, donne les enjeux et meilleures pratiques à adopter dès maintenant pour optimiser sa Supply Chain :

best practices supply chain« L’objectif d’une Supply Chain et d’avoir le bon stock, au bon endroit et au bon moment. Pas trop car le surstock a un coût, et devra être déprécié si non vendu. Pas trop tôt, car cela encombre les points de vente et empêche la mise en avant d’autres produits. Pas trop peu ni trop tard car cela génèrera à la fois perte de CA et insatisfaction client », explique Arnaud Cassonnet. « Cela au bon endroit, en réussissant à mettre le produit au plus près du client final (il veut son produit rapidement) sans trop l’avancer au risque de générer des flux supplémentaires pour renvoyer le produit à un autre client qui le demande. Afin de résoudre cette difficile équation, il est primordial d’avoir des prévisions de vente de qualité. »

VEKIA utilise le Machine Learning afin d’obtenir une qualité de prévision supérieure. En effet, Le Machine Learning permet de regarder ce qui s’est fait dans le passé et d’éventuellement le corriger.

Par exemple si un produit était en rupture et ne s’est donc pas vendu, les algorithmes sauront estimer les ventes perdues. A l’inverse, si une opération commerciale a rencontré un franc succès, le pic de ventes est identifié comme un comportement exceptionnel.

Cela permet d’obtenir un historique fiable sur lequel baser les prévisions. Elles même tenant compte de tous les évènements déclarés dans le futur (opération commerciale, calendrier magasin…).

 

La gestion de la Supply Chain peut se découper en niveaux :

  • 1er niveau : Stratégie : Quelle est la stratégie de la Supply Chain ? La vision à 5-10 ans.
  • 2ème niveau : Configuration. La direction Supply Chain définit la façon de faire pour définir l’emplacement des entrepôts, les liens entre ces entrepôts et les magasins.
  • 3ème niveau : Planification : Mise en place d’un logiciel ERP avec un module de planification avancée, Logiciel APS (planification avancée), niveau de stock, approvisionnement.
  • 4ème niveau : Exécution : Mise en place de WMS (gestion d’entrepôt), TMS (gestion du transport) et traçabilité.

Les solutions Vekia s’inscrivent sans cette dynamique d’optimisation de l’efficacité de votre Supply Chain.

 

Lire « Quelles sont les meilleures pratiques de la Supply Chain ? » sur silog.fr